Ashtangayoga, les huit membres du yoga


1-Yama


Les Yama concernent les règles de vie envers les autres ou encore un code moral de conduite en société. La règle d'or des yama est "ne faites pas aux autres que que vous ne voudriez pas que l'on vous fasse". Ces règles sont au nombre de 5 :

  • Ahimsa, le plus connu des yama : la non-violence physique, verbale ou morale, envers les Hommes mais également envers tous les êtres vivants.
  • Satya : la vérité, l'authenticité, la sincérité, le non-jugement
  • Asteya : l'honnêteté, le désintéressement, la non-convoitise, ne pas voler, que ce soit des biens matériels, des idées...
  • Brahmacharya : la modération, l'éloignement des distractions néfastes (voleuses de temps, ...), la continance
  • Aparigraha : la non-avidité, le non-attachement, la non-possession, ne pas prendre plus que ce dont vous avez besoin. Il s'agit ici de contrôler les envies et les accumulations.

Appliquer ces règles dans la vie de tous les jours, c'est déjà, un peu, être dans le yoga.

Références :
YSP II-30-31-33-34-35-36-37-38-39

2-Niyama


Les Niyama concernent les règles de vie envers soi c'est à dire la discipline individuelle. Ces règles sont, comme pour les yama, au nombre de 5 :

  • Saucha : hygiène corporelle extérieure (se laver tous les jours, porter des vêtements propres, en tissus naturels) et intérieure (manger une nourriture saine, purifier son corps des toxines, ne pas boire d'alcool, ne pas fumer, ne pas consommer de drogues), respect des horaires de sommeil, de repos...
  • Ishvarapranidhana : lâcher-prise, confiance à la volonté Supérieure, s'en remettre au divin, à l'Univers.
  • Svadhyaya : étude de soi, étude des textes spirituels
  • Tapas : action, cultiver l'effort permettant d'accumuler une certaine énergie intérieure (pratique régulière, jeûne, contrôle respiratoire...)
  • Samtosha : contentement, bonne humeur, gratitude envers ce que l'on a...

Vous pouvez commencer par choisir d'appliquer un de ces Niyama jusqu'à ce qu'il devienne une habitude, puis passer à un autre...

Références :
YSP II-32-33-34-40-41-42-43-44-45

3-Âsana


Âsana est confondu aujourd'hui avec la pratique des postures de yoga, mais à l'origine âsana faisait référence à la position assise.

Il est important d'avancer d'abord sur les yama et les niyama avant de vous lancer dans la pratique des âsana. En effet, si vous faites travailler votre corps alors qu'il est intoxiqué ou malade, vous pouvez obtenir l'effet contraire de celui recherché et aggraver vos problèmes. Le corps est considéré par les yogis comme le "temple de l'esprit". Il est donc essentiel d'en prendre le plus grand soin.
La pratique des âsana est bénéfique au niveau physique, mental, émotionnel et énergétique et prépare le corps et l'esprit pour les étapes suivantes.

Selon Patañjali âsana doit être aisée et confortable.

Références :
YSP II-46-47-48

4-Prânâyâma


Prânâyâma est la science de la respiration, ou contrôle du souffle.
Cette étape prépare à l'intériorisation et peut être pratiquée à part ou intégrée à vos enchainements de postures ou même les remplacer lors des périodes où votre corps à besoin de repos.
Les techniques de prânâyâma sont trés complexes et sont composées d'inspirations, d'expirations, de suspensions du souffle et de bandha (verrous qui permettent de garder l'énergie dans le corps). Les veritables prânâyâma doivent être pratiqués avec un professeur car ce sont des techniques puissantes qui peuvent avoir des répercussions sur la santé si elles ne sont pas menées correctement. Dans la plupart des cours de yoga ce ne sont pas des vrais prânâyâma qui sont pratiqués puisqu'ils demandent une parfaite maîtrise des éléments qui le composent.

Références :
YSP II-49-50-51-52-53

5-Pratyâhâra


Pratyâhâra est le retournement des sens vers l'intérieur. Cette étape fait le lien entre le "yoga extérieur" (yama, niyama, âsana, prânâyâma) et le "yoga intérieur" (dhârana, dhyâna et samadhi).
Traditionnellement il est représenté par une tortue avec tous les membres rentrés sous sa carapace.

Pratyâhâra consiste à ne plus prêter attention à ce qui se passe à l'extérieur en se centrant uniquement sur les sensations intérieures. Ainsi on n'est plus affecté par les autres sens ce qui aide à progresser vers l'étape suivante, dhâranâ, la concentration.

En Yoga, il existe 4 formes de Pratyâhâra :

  • le contrôle des sens
  • le contrôle du prâna par le travail respiratoire
  • le contrôle de l’action
  • diriger les sens vers l’intérieur

Références :
YSP II-54-55

6-Dhâranâ


Dhâranâ est la concentration, c'est à dire un effort d'attention. Elle constitue l'étape indispensable pour obtenir une méditation profonde proche du samadhi.
Elle peut se faire :

  • sur un objet comme un yantra
  • sur un point comme une lumière
  • sur un mantra
  • sur des sons


Références :
YSP III-1

7-Dhyâna


Dhyâna c'est la méditation.
Il ne s'agit pas de la méditation de pleine conscience dont on entend énormément parler depuis quelques années. La méditation du yoga correspond à l'arrêt des perturbations du mental dûs aux sens. Une fois la concentration installée, elle n'est plus interrompue, le mental reste fixé. Il n'y a alors plus de concentration. l'esprit ne produit plus, ou très peu de pensées. l'effort d'attention (dhâranâ) cède la place à l'état d'attention.

Références dans les Yoga Sutra de Patanjali :
YSP III-2-

8-Samadhi


Samadhi c'est l'état de félicité, l'éveil spirituel.
C'est la fusion entre le sujet et l'objet de la méditation, entre le soi et l'absolu (nommés respectivement atman et Brahman dans la philosophie indienne). C'est un état d'union, d'interconnexion avec tous les êtres vivants, avec l'univers, le Divin.
Cette réalisation s’accompagne de la « paix qui permet toute compréhension » ; l’expérience du bonheur et de ne faire qu’un avec l’Univers. état d'union avec l'univers.

Références dans les Yoga Sutra de Patanjali :
YSP I-42 à 51, III-3-